Planet'BU

Agrégation de flux RSS issus de blogs mis en place par des bibliothèques universitaires. Nous suivre sur twitter : @Planet_BU

September 04, 2015

INHA

Rodin graveur

Auguste Rodin, Le Printemps, 1902, pointe sèche,bibliothèque de l'INHA, EM RODIN 31. Cliché INHA Le fonds d'estampes d'Auguste Rodin (1840-1917) conservé à la bibliothèque vient d'être mis en ligne sur la bibliothèque numérique et nous permet ainsi de découvrir un aspect moins connu du talent du sculpteur.C'est en 1881, lors de son premier voyage en Angleterre, que Rodin fait l'apprentissage de...

September 04, 2015 07:00 AM

Reims

Savez-vous que…

Savez-vous que…
C’est la rentrée ! Besoin d’un coup de pouce pour vos recherches documentaires ? Cairn, Cyberlibris ou ScienceDirect vous connaissez ? Savez-vous que l’année dernière la BU a dépensé près de deux millions d’euros pour acheter des livres, des revues électroniques, des bases de données pour vous aider à réussir vos études ? Savez-vous que ce sont plus de ...

by kremer01 at September 04, 2015 06:00 AM

September 03, 2015

ULCO

[Anim’BULCO] Une petite suggestion d’animation ?

L’animation culturelle à la BULCO c’est une équipe de 5 personnes qui prévoit une programmation tout au long de l’année.

En 2015-2016 retrouvez des expositions (L’homme dans son environnement par l’Abule, Des hommes au service de la nature par Eden 62…), des séances Ciné-Bulco, des projections-débats lors du Mois du film documentaire, des conférences des Littœrales, des ateliers cuisine etc.

Suivez le programme sur Bulcoblog, l’agenda d’e-Bulco.
Twitter_Icon   
Pinterest_Icon  

Surveillez votre boîte mail universitaire et renseignez-vous à l’accueil de votre bibliothèque.

Associations étudiantes, étudiants, vous aussi vous pouvez nous proposer un projet à mettre en place à la BU.

N’hésitez pas à nous contacter ou à remplir notre formulaire de suggestion en ligne :

Coordinatrice : Adeline Rofort / <adeline.rofort@univ-littoral.fr>

Boulogne : Karine Réant /  <karine.reant@univ-littoral.fr>

Calais : Virginie Delrue / <Virginie.Delrue@univ-littoral.fr>

Dunkerque : Elisabeth Geffroy / <Elisabeth.Geffroy@univ-littoral.fr>

Saint-Omer : Emilie Van Inghelandt /  <Emilie.Van-Inghelandt@univ-littoral.fr>

 photo globale2

by Adeline Rofort at September 03, 2015 09:59 AM

Lorraine (KinErgo)

Vade-mecum de kinésithérapie et rééducation fonctionnelle

PrésentVademecum kinesitherapieation de l’éditeur

Le Vade-mecum de kinésithérapie s’est imposé depuis trente ans comme un classique indispensable à tous les praticiens concernés qu’ils soient prescripteurs ou thérapeutes. Tant l’étudiant ou le jeune diplômé que le praticien confirmé y trouveront une multitude de renseignements utiles concernant la technique mais surtout la pathologie et les grandes lignes du traitement à suivre. Evolution, délais, modalités d’exécution, contre-indications et complications sont autant d’éléments dont le lecteur peut prendre connaissance rapidement et au moment opportun grâce à un index extrêmement complet et une classification basée essentiellement sur la pratique.

 

Cette 7e édition a été complètement actualisée et a bénéficié de la collaboration de nombreux spécialistes qui ont mis toute leur expérience au service des kinésithérapeutes.

 

 

Voir le sommaire en PDF, grâce au site de l’éditeur Maloine. 

 

Vade-mecum de kinésithérapie et rééducation fonctionnelle : techniques, pathologie et indications de traitement pour le praticien, 7e édition / Yves Xhardez, Helyett Wardavoir, Maloine (2015).

 

Où trouver ce livre ?

Bibliothèque Santé - Médecine ou Pharmacie – Salles de lecture – Livre – WB 541 XHA

by caubert1 at September 03, 2015 09:00 AM

Lorraine (Développement Durable)

Villes durables : quelles villes pour demain ?

sc-humaines-gd-dossier-2015-40
Disons-le d’emblée, pour nombre d’entre nous, l’expression ville durable, tout comme celle de développement durable, semble à la fois un slogan banal et un mot-valise dénué de tout sens critique. Le mot « durable » se révèle une piètre traduction du terme anglais sustainable qui signifie « que l’on peut soutenir ». La question n’est donc pas de savoir comment faire durer les villes (certaines villes n’ont-elles d’ailleurs pas suffisamment duré ?), mais bien de savoir comment soutenir une écologie des territoires urbains pour que les conditions de vie en ville ne deviennent pas insoutenables. Mais au-delà des termes, de quoi parlons-nous et que savons-nous ? [Source : éditorial]

 

 

SOMMAIRE DU DOSSIER
Quelle écologie pour les villes ?  Thierry Paquot (accès libre)
• Portraits croisés. Cyria Emelianoff
• Vivre en ville. Maud Navarre
• Comment repenser nos déplacements ? Jean-Marc Offner
• Le vélo, une solution d’avenir ? Frédéric Héran
• Pédaler pour mieux rouler. Rencontre avec Véronique Michaud, propos recueillis par Chloé Rébillard
• Une nouvelle étape pour la démocratie ? Anne-Lise Humain-Lamoure
• Les habitants au coeur de la démocratie. Rencontre avec Patrick Norynberg, propos recueillis par Chloé Rébillard
• Aux marges des villes, un monde de camps rencontre avec Michel Agier. Régis Meyran
• L’urbanisation africaine peut-elle être durable ? Sylvie Brunel
• Des écoquartiers aux smart cities. Dominique Gauzin-Müller
• La biodiversité au coeur de la cité. Philippe Clergeau
• La gestion douce des espaces verts. Rencontre avec Gaëlle Aggeri, propos recueillis par Chloé Rébillard
• Renaturaliser son quartier. Marie Mangold
• La gestion de l’eau en crise ? Bernard Barraqué
• Ce que nous apprennent les villes-ports. Lisa Diedrich
• Comment nourrir les villes ? Roland Vidal
• Amap : des légumes et du lien social. Patrick Mundler
• La qualité de vie, une compétition mondiale. Julien Damon
• Kalundborg : un modèle d’écologie industrielle. Christophe Beaurain
• La biorégion urbaine réinvente la ville. Régis Meyran
Les 10 mots de la ville (accès libre)

 

 

Où trouver cette revue ?

Bibliothèque des Sciences et techniques1er étage, Les grands dossiers des Sciences humaines n° 40, 2015 cote PG1

by prati5 at September 03, 2015 08:22 AM

Poitiers (Sciences)

Rentrée universitaire

C’est la rentrée ! Le personnel des BU Sciences s’associe à ses collègues des services de l’Université pour vous souhaiter une excellente année universitaire. Rappelons que les BU vous offrent l’espace idéal pour réussir dans vos études : vous y trouverez la documentation recommandée par les enseignants, des espaces et des services pour vous permettre de …

Lire la Suite »

by Anne Guégan at September 03, 2015 07:00 AM

September 02, 2015

INHA

Des nouvelles de la bibliothèque

Échafaudage en salle Ovale de la BnF - site Richelieu Malgré les chaleurs caniculaires, vous avez été nombreux cet été à venir travailler à la bibliothèque et la salle de lecture, non climatisée, n'a pas connu de trêve : 2 766 visiteurs au mois de juillet.
À la mi-août, certains d’entre vous n'auront pas manqué de remarquer l'imposant échafaudage monté...

September 02, 2015 08:00 AM

Reims

Bienvenue à la bibliothèque Moulin de la Housse !

Bienvenue à la bibliothèque Moulin de la Housse !
Depuis la construction du campus Moulin de la Housse il y a un peu plus de cinquante ans, la bibliothèque accueille l’ensemble des usagers du campus. Initialement, il s’agissait surtout d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs en Sciences et Techniques. Puis, l’U.F.R. STAPS a été créée. Mais l’offre de la bibliothèque s’est diversifiée, et elle propose ...

by JC Brochard at September 02, 2015 06:00 AM

Lille 3

TALIE : Traditions (Traces, Textes) de l’Antiquité à Lille et dans l’Eurorégion

À propos d’un projet collaboratif.

Le projet TALIE figure au programme du colloque « Digital Humanities : l’exemple de l’Antiquité (DHANT) », qui se tient à Grenoble du 2 au 4 septembre 2015, présenté par Séverine Clément-Tarantino, Mélanie Lucciano et Charlotte Tournier. Ce billet expose les questions que ce projet collaboratif soulève, les enjeux, ainsi que les premiers pas effectués.

Genèse de « TALIE »

« TALIE » est un projet collaboratif qui a commencé à être mis en œuvre au cours de l’année universitaire 2014-2015 grâce au soutien financier de la MESHS Nord-Pas-de-Calais, de l’équipe HALMA (UMR 8164, CNRS-Univ. Lille-MCC), du Service commun de la documentation de l’Université Lille 3, en partenariat avec les équipes « STL » de Lille 3, « Rome et ses renaissances » de l’Université Paris-Sorbonne et « CPTC » (Centre pluridisciplinaire textes et cultures) de l’Université de Bourgogne. Intégré aux axes de recherche du thème 4 de l’équipe Halma, il va se développer sur plusieurs années pour aboutir à plusieurs réalisations relevant des humanités numériques : création d’un site-portail, édition de textes en ligne, base de données.

L’acronyme TALIE, après quelques évolutions, signifie : « Traditions de l’Antiquité à Lille et dans l’Eurorégion ». Ces « Traditions » se développent en deux grands pans : les « Textes » et les « Traces ».

Une même volonté traverse les différentes parties du projet : participer à la valorisation et à la transmission d’un héritage richement représenté dans la région Nord-Pas-de-Calais. Notre démarche est multiple : elle relève de la médiation culturelle et scientifique par notre volonté de toucher des publics variés, elle est scientifique par les travaux de recherche, de traduction et d’édition que nous avons entrepris à propos de certains monuments ou textes ; enfin, elle se veut pédagogique par la volonté que nous avons de faire participer les étudiants – du département des langues et cultures antiques (LCA), mais pas seulement – aux différentes étapes du projet et de leur permettre à l’occasion de développer des compétences complémentaires de celles qu’ils acquièrent dans le cadre de leur formation. Depuis deux ans, les étudiants de première année de la licence HSI (« Humanités et Sciences de l’Information ») s’exercent ainsi à la rédaction de descriptions des œuvres à sujet mythologique conservées dans les musées de Lille et d’autres villes de la région ; dans le cadre d’une UE 10 « projet numérique », plusieurs étudiants se sont lancés l’an dernier sur la piste des « traces » de l’Antiquité dans Lille (voir plus bas) ; le travail entrepris sur les textes est, quant à lui, ouvert à tous les étudiants aimant traduire du latin, curieux de découvrir des textes inhabituels anciens et moins anciens (jusqu’au XVIIIe siècle) ou intéressés par le travail d’édition numérique (encodage xml/TEI en premier lieu).

Le projet TALIE est né de la rencontre entre les convictions de ses deux principaux responsables (Séverine Clément-Tarantino et Christophe Hugot) : qu’il vaut la peine de (re)faire des références à l’Antiquité présentes autour de nous des références partagées, c’est-à-dire comprises du plus grand nombre ; qu’il est temps de s’intéresser à des œuvres ayant servi de relais dans l’histoire de la réception de l’Antiquité et souvent dotées d’une grande valeur propre, pour éviter qu’elles ne se perdent ou ne soient jamais appréciées à leur juste valeur.

« Textes »

Ce chapitre a été rédigé par Séverine Clément-Tarantino, Mélanie Lucciano et Charlotte Tournier.
Commentaire de l’Enéide de Virgile par Juan Luis de la Cerda – réserve patrimoniale des universités de Lille

En ce qui concerne les « Textes », le déclic est venu d’une prise de conscience de la très grande richesse des fonds anciens des bibliothèques de la région, à commencer par la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3. Plusieurs manuscrits considérables et des éditions anciennes remarquables d’œuvres antiques y sont conservés. Certaines ont déjà donné lieu à plusieurs publications ou se retrouvent régulièrement au cœur d’expositions visant à mettre en valeur et à faire connaître le fonds ancien. C’est notamment le cas d’une édition commentée de Virgile datant de 1512 et due au grand imprimeur et savant humaniste Josse Bade (voir par exemple le billet rédigé pour Insula par Cécile Martini). C’est aussi le cas d’une édition postérieure (début XVIIe) due au grand savant jésuite espagnol Juan Luis de la Cerda. Il s’agit d’un commentaire, écrit en latin, sur les trois œuvres de Virgile : Bucoliques, Géorgiques, Énéide ; ce commentaire est de plus en plus souvent cité aujourd’hui par les chercheurs, spécialistes de Virgile ou de la tradition des commentaires, mais il reste à bien des égards mal connu. Or la réserve patrimoniale de la BU de Lille 3 compte un des deux volumes concernant l’Énéide. Les trois volumes qui composent la totalité de ce commentaire se trouvent à la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer – qui renferme elle-même de nombreux trésors, qu’il s’agisse de Virgile ou d’autres auteurs de l’Antiquité (ou, comme beaucoup le savent désormais, de Shakespeare ! ).

Le travail que nous avons accompli en cette première année de TALIE a, de fait, consisté à effectuer un repérage des œuvres auxquelles nous voudrions rapidement consacrer un travail de médiation et éventuellement d’édition − cela dépendra de nos forces ! − ; par ailleurs, de façon concrète, nous avons commencé à travailler sur le commentaire virgilien de Juan Luis de la Cerda, en en entreprenant la traduction (nous avons commencé par la traduction du commentaire sur le livre III des Géorgiques) puis en en préparant l’édition numérique (encodage en xml-TEI). Nous sommes aujourd’hui quatre à travailler sur ce texte ; nous serions ravis d’accueillir d’autres collaborateurs, que leur envie soit de traduire du latin, d’identifier des références, de découvrir les joies de l’encodage xml !

Ce que nous faisons sur ce texte illustre l’aspect le plus spécialisé de TALIE. Mais y compris sur un tel texte, nous voulons pouvoir communiquer à différents publics ce que sont ses principales caractéristiques et ce qui, non seulement du point de vue de son contenu − de la « trace » de l’Antiquité qu’il représente −, mais aussi de sa forme d’objet-livre, le rend si précieux et remarquable. À côté du travail d’édition numérique, qui aura peut-être pour débouché le site HyperDonat, il nous faut donc penser et lancer le travail de diffusion de la recherche ou de médiation sur ces « Textes ». Parmi les ouvrages que nous avons retenus pour les traiter dans un proche avenir, mentionnons le manuscrit du XIVe portant la Pharsale de Lucain avec des gloses conservé à la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer et dont une version numérisée est déjà disponible. Le « Virgile de Moreau » (1648), une édition rare de l’Énéide avec la traduction de Pierre Perrin et imprimée dans les très beaux caractères dus à l’imprimeur et calligraphe Pierre Moreau, fait aussi partie de cette première sélection : nous avons la chance de pouvoir consulter cet ouvrage dans la réserve patrimoniale de Lille 3 et lui aussi vaut la peine d’être connu, pour sa forme autant que pour son contenu.

Le « Virgile de Moreau » (1648) - réserve patrimoniale des universités de LilleLe « Virgile de Moreau » (1648) – réserve patrimoniale des universités de Lille

Un dernier mot sur la façon dont nous avons opéré cette sélection : nous sommes partis en quête de Virgile, mais quand Rémy Cordonnier, de la BASO, a attiré notre attention sur le manuscrit de Lucain, nous avons facilement accepté de ne pas nous limiter absolument aux manuscrits et éditions des textes d’un seul poète. Nous étions surtout à la recherche de commentaires des œuvres classiques, mais il nous a rapidement semblé naturel d’intégrer des traductions de ces œuvres étant donné les liens étroits entre les deux pratiques (les traducteurs se sont souvent nourri des commentaires, et certaines traductions tiennent du commentaire). Les centres d’intérêt dominants des collaborateurs du versant « Textes » sont pris en considération et nous tenons par ailleurs beaucoup à la collaboration avec nos collègues conservateurs et bibliothécaires : en 2014-2015, une des manifestations organisées, dans le cadre du projet, par Isabelle Westeel, directrice du SCD de Lille 3, a permis des échanges très stimulants entre chercheurs, étudiants, conservateurs et responsables de bibliothèques et c’est dans cet esprit que nous voudrions continuer de travailler. L’équipe TALIE reste ouverte : si, en l’occurrence, la tradition des textes anciens et l’univers des bibliothèques anciennes vous intéressent, s’il y a un « texte » que vous-même voudriez mettre en lumière, n’hésitez pas à nous rejoindre.

« Traces »

Ce chapitre a été rédigé par Christophe Hugot.

Le second volet du projet se nomme « Traces ». Dans ce projet, il s’agit de retrouver les traces antiques dans l’espace urbain, à savoir − dans un premier temps − la ville de Lille intra muros.

Par la recherche de traces antiques, nous ne pensons pas à l’inventaire de vestiges de l’Antiquité − inexistants à Lille − mais à la survivance de l’Antiquité qui se trouve éparpillée dans la ville. Cela concerne la reprise d’éléments architecturaux antiques dans l’architecture moderne et contemporaine, la reprise de figures et de symboles, de noms.

Le projet « Traces » est né du constat que la ville comporte nombre de références antiques mais que ces dernières ne sont plus perçues, soit parce qu’elles se sont imposées à nous dans leur symbolique moderne soit, plus généralement, parce que ces références ne sont simplement plus compréhensibles. La plupart de ceux qui arpentent la ville sont en effet comme Usbek et Rica, des Persans perplexes face à des références devenues illisibles.

Pour reprendre l’avertissement d’Hannah Arendt, « nous sommes en danger d’oubli ». Face à ce danger, le projet « Traces » souhaite donner des clés de compréhension et inviter le passant à observer et décrypter un détail architectural, un chapiteau, une frise, une caryatide, une divinité, un nom, une inscription, une enseigne, et d’en comprendre l’origine. Il s’agit également de rendre compréhensibles les appellations fréquentes trouvées dans un contexte urbain, comme peuvent l’être les mots forum, agora, colisée, musée.

« Traces » souhaite, par exemple, montrer que la déesse symbolisant la Ville de Lille, imposante statue de bronze réalisée par Théophile Bra et inaugurée en 1845, a beaucoup à voir avec les statues antiques de déesses portant une tour sur leur tête. « Traces » veut montrer que l’aile de Niké se retrouve dans le célèbre logo qui orne la boutique de l’équipementier sportif Nike. « Traces » veut expliquer pourquoi un marchand de chaussures s’appelle Cothurne, ou souligner l’origine ovidienne de la devise d’un marchand de dessous féminins, « l’art d’aimer ».

Avec le projet « Traces », nous ne voulons pas nous adresser seulement au grand public curieux, ou au public scolaire. Deux exemples avec Hermès montrent l’intérêt de savoir décoder les symboles présents dans l’espace urbain.

Hermès sur la Bibliothèque Georges Lyon à Lille - Photographie de Martine Aubry - IRHISHermès sur la Bibliothèque Georges Lyon à Lille – Photographie de Martine Aubry – IRHIS

Dans un ouvrage récent sur l’architecture universitaire lilloise, publié par des spécialistes, est mentionnée la Bibliothèque universitaire Georges Lyon, inaugurée en 1907. L’auteur de la notice écrit à propos de ce bâtiment : « Traité comme un temple de la connaissance à l’effigie du dieu Hermès, il est typique du style académique antiquisant ». On serait en droit de s’étonner de la présence d’Hermès pour décorer une bibliothèque, mais ce n’est évidemment pas lui qui figure au-dessus de la porte monumentale. Le personnage au casque ailé est ici Athéna, bien à sa place à l’entrée de ce lieu de savoir qu’est une bibliothèque, comme déesse de la sagesse, aisément identifiable pour un familier des dieux gréco-romains à son gorgonéion.

Autre exemple avec Hermès. Parmi les boutiques de Lille, on en trouve une de la célèbre marque « Hermès ». Il serait évidemment tentant d’associer le nom de la divinité du commerce et des voyageurs avec une entreprise qui fut à son origine une manufacture de harnais et de selles. Le logo d’« Hermès », adopté par la marque en 1945, représente une calèche − ou plus précisément un petit duc − tirée par deux chevaux devant laquelle se tient un homme portant un chapeau haut-de-forme. On pourrait en conclure qu’il s’agit d’une version actualisée des nombreuses représentations antiques montrant le dieu Hermès devant un char. Mais c’est là encore faire fausse route avec Hermès car la célèbre marque de luxe ne tient pas son nom du dieu espiègle mais de son fondateur, un certain Thierry Hermès, maître artisan harnacheur sellier, qui créa sa première manufacture à Paris en 1837.

« Traces » en est aujourd’hui à ses prémices. La méthode consiste à définir un secteur urbain (une rue par exemple) et à en relever l’intégralité des éléments perçus comme étant susceptibles d’avoir une origine antique. Chaque élément est enregistré sur une grille et photographié. Ensuite, les éléments recueillis sont décrits et nourris d’éléments rédactionnels. Pour mener à bien cette première étape, des étudiants ont été mis à contribution.

L’année universitaire 2014-2015 a servi d’essai pour parvenir à établir une grille, en définissant les items à renseigner. L’année 2015-2016 devrait permettre d’établir la structure de la base de données.

La base de données de « Traces » pourra éventuellement être croisée avec d’autres bases, comme celles de musées, ou de manuscrits, pour faire correspondre des thématiques artistiques, archéologiques ou textuelles avec les éléments trouvés dans l’espace urbain. La matière de cette base de données pourra servir à de nombreux développements. On peut par exemple imaginer qu’elle puisse servir à concevoir des parcours dans la ville selon des thématiques précises en offrant la possibilité de créer ses propres plans de ville, ou de générer des applications mobiles permettant de parcourir la ville à la recherche des inscriptions latines, des dieux antiques, des éléments égyptiens et orientaux, des symboles du pouvoir ou des professions, ou l’ensemble de ces sujets dans un endroit précis de la ville.

« TALIE » en 2015-2016

  • À partir de la rentrée universitaire, un atelier de traduction aura lieu au moins une fois par mois le vendredi (créneau horaire et salle seront précisés bientôt). On poursuivra le travail sur le commentaire de la Cerda ; selon les participants, il pourra aussi s’agir d’encodage xml. N’hésitez pas vous renseigner si vous avez envie de traduire du latin et ces textes singuliers que sont les commentaires !
    Contact : severine.tarantino@univ-lille3.fr
  • Au premier semestre de l’année 2015-2016, le mercredi après-midi (de 14h30 à 15h30, salle à vérifier) : Jean-Christophe Jolivet consacrera un séminaire à une première exploration du manuscrit 660 de Lucain conservé à Saint-Omer.
  • Au second semestre de l’année 2016-2017, en lien avec l’UE 10 de licence « Projet numérique », Christophe Hugot et Séverine Clément-Tarantino animeront plusieurs séances de travail sur le versant « Traces » de TALIE. Des séances de présentation et d’organisation du travail seront auront sans doute pris place déjà dans les mois d’automne.

Étudiants ayant participé au projet en 2014-2015 :

  • Sur le versant « Traces » : Amina Boukhari, Mathilde Créton, Elizabeth Facompré, Pauline Goujet, Justine Malpeli, Mathieu Payen, Mathilde Sarot, Marie-Julie Teixeira, Constance Warnet.
  • Sur le versant « Textes » : Valentin Decloquement, Rémy Ghirincelli.

À propos du colloque DHANT

« Humanités numériques et Antiquité » : 2/4 septembre 2015 à Grenoble. Voir le programme.

by Séverine Tarantino at September 02, 2015 05:32 AM

Rennes 2

Miss Hokusai

SAM_0769 par DarkShelke, Licence CC : BY-NC-SA. Source [Flickr]
Le nouveau chef d'oeuvre de Keiichi Hara

Miss Hokusai sort aujourd'hui dans les salles françaises. Ce film d'animation japonais est réalisé par Keiichi Hara. L'histoire se déroule pendant l'ère Edo et narre la vie de la fille d'Hokusai. Le synopsis officiel : "En 1814, Hokusai est un peintre reconnu de tout le Japon. Il réside avec sa fille O-Ei dans la ville d'Edo (actuelle Tôkyô), enfermés la plupart du temps dans leur étrange atelier aux allures de taudis. Le "fou du dessin" comme il se plaisait lui-même à se nommer et sa fille réalisent à quatre mains des œuvres aujourd'hui célèbres dans le monde entier. O-Ei, jeune femme indépendante et éprise de liberté, contribue dans l'ombre de son père à cette incroyable saga artistique."

En 2010, Keiichi Hara avait réalisé Colorful. Cette adaptation libre d'un roman d'Eto Mori traite du suicide chez les jeunes nippons. D'après le réalisateur, "Au Japon, il y a plus de 30 000 suicides par an. C'est le pays où ce taux est le plus élevé. Même si cela touche beaucoup d'adultes, les adolescents ne sont pas épargnés ; on a même vu des cas d'enfants qui étaient à l'école primaire ! Je pense, en effet, que c'est un des plus gros problèmes de la société japonaise et qu'il méritait bien d'être traité dans un film." Colorful aborde aussi les phénomènes sociétaux que sont l'ijime (brimades à l'école) et l'enjo kôsai (prostitution des lycéennes). Keiichi Hara estime que : "Aujourd'hui, les enfants sont beaucoup plus exposés au monde adulte, notamment avec Internet. C'est grave et complètement irresponsable."

Le site de Miss Hokusai

by Eddy Prave at September 02, 2015 05:00 AM

September 01, 2015

Toulouse (sciences)

Qui fréquente la BU Sciences ?

Sections: 

Fin avril 2015, pendant une semaine nous avons posé des questions aux personnes qui sortaient de la BU Sciences.
Qui êtes-vous ?
Qu’êtes-vous venus faire à la BU ?
Combien de temps êtes-vous restés ?
C’était une période d’examens, ce qui a sans doute influencé les résultats.
Effectuée avec l’aide de nos moniteurs étudiants, que nous remercions chaleureusement, voici quelques résultats de cette enquête  :

https://infogr.am/sondage_bu_sciences

Passez la souris sur les graphiques pour plus de renseignements.

Si vous voulez en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter : busciences@univ-tlse3.fr

by vgp3079a at September 01, 2015 01:13 PM

Nice (Sciences)

Le covoiturage à l’UNS

Le Conseil Général des Alpes-Maritimes a développé un site internet visant à favoriser et organiser le covoiturage dans la région, en mettant en relation conducteurs et passagers désireux de partager un véhicule. A la clé, des économies pour les participants, moins de bouchons sur les routes, et bien sûr moins de pollution.

Mais qu’est-ce qui distingue Equipage06 de tous les autres sites de covoiturage ? Outre qu’il est local et non commercial, l’Université Nice Sophia Antipolis l’a choisi pour un partenariat privilégié dans le cadre de son Plan vert. En vous inscrivant avec votre adresse de messagerie unice.fr, vous pouvez proposer/rechercher des trajets vers les différents campus, et voyager avec des membres de l’Université, étudiants ou personnels.

Voici les étapes à suivre :

  • inscrivez-vous uniquement avec votre adresse électronique se terminant par « unice.fr » ;
  • sélectionner « Université Nice Sophia Antipolis » dans la « liste partenaire » figurant à l’étape 3 de la création de votre compte ;
  • lorsque que vous proposez un trajet, sélectionnez « Université Nice Sophia Antipolis » dans la « liste partenaire » à gauche en bas, et indiquez dans la case « informations complémentaires » le nom de votre campus et votre qualité (personnel ou étudiant).

Un moteur de recherche multicritères vous permet de trouver le trajet qui vous convient. Les propositions portent sur des trajets ponctuels ou réguliers, dans le département ou en dehors. Si aucun trajet ne correspond à vos attentes dans l’immédiat, l’interface vous permet de sauvegarder vos critères pour être alerté par courriel si un trajet qui vous convient est déposé.

La prise de contact entre les participants se fait directement via le site, à partir de l’espace de présentation du trajet choisi. Le site précise dans sa rubrique La charte que la participation aux frais est définie librement entre le chauffeur et ses passagers.

Bonne route !

by Fabienne Venner at September 01, 2015 12:05 PM

ULCO

[Dunkerque] Les droits des Roms

Venez découvrir l’exposition sur « Les droits des Roms ? Les droits de l’Homme ! »

Qui sont les Roms ?

Avant/après la chute du Mur

Droit à la scolarité, droit à la santé, droit au logement, droit au travail, droit à l’asile, droit au séjour.

Du 1er septembre au 15 septembre à la bibliothèque de Dunkerque

Déclaration universelle des droits de l’homme

Adoptée le 10 décembre 1948 par les États membres des Nations-Unies

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

mrap-racisme-logo

by Elisabeth Geffroy at September 01, 2015 12:00 PM

BIU Santé

Décès d’Oliver Sacks

Photo Mars Hill Church Seattle (certains droits réservés)

Le célèbre neurologue et écrivain Oliver Sacks est décédé dimanche dernier 30 août 2015, à l’âge de 82 ans, des suites d’un cancer du foie.

L’œuvre littéraire d’Oliver Sacks est largement constituée de récits de cas neurologiques, dont il a su rendre avec finesse et humanité l’étrangeté parfois stupéfiante. Cette étrangeté est l’occasion pour l’auteur et ses lecteurs d’apercevoir certaines des limites neurologiques de l’expérience humaine, que la condition ordinaire de l’état de santé rend imperceptibles.

Le talent de narrateur de Sacks et l’originalité de son projet lui ont valu un énorme succès auprès du grand public. Il s’est fait connaître en 1973 avec son livre L’Éveil, adapté plus tard au cinéma (un film éponyme avec Robin Williams et Robert de Niro).

Il était également connu pour être l’auteur du best-seller L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau (cote 178641 au pôle Médecine).

Retrouvez la plupart de ses ouvrages dans les collections de la BIU Santé.

Ses mémoires, On the Move : A Life, sont son dernier ouvrage publié, chez Knopf.

En savoir plus

Portrait sur Books.fr

Une présentation de Sciences et avenir

Un long article (en anglais) du New York Times

Une nécrologie (en anglais) sur le site du Guardian

Un recueil de citations et pensées (encore en anglais !)

Cet article Décès d’Oliver Sacks est apparu en premier sur Bibliothèque interuniversitaire de Santé - Paris.

by biusante at September 01, 2015 11:41 AM

ULCO

[Anim’BULCO] Septembre 2015

BU de Calais

Exposition : L’homme dans son environnement

Jusqu’au 26 septembre

1prix EtuCC

 

 

 

 

 

_________________________________

BU de Dunkerque

Exposition : Les droits des Roms

1er-15 septembre

mrap-racisme-logo

 

_______________________________________

BU de Calais

Rentrée culturelle

15 septembre de 10 h à 15 h

salle-Centre_Culturel_Gerard_Philipe-169logo mbalogo_calais3

________________________________________

BU de Calais

Exposition : Alan Turing

28 septembre-26 octobre

Sans titre

by Adeline Rofort at September 01, 2015 06:40 AM

Reims

BU, visite virtuelle : l’Accueil et le niveau Hall

BU, visite virtuelle : l’Accueil et le niveau Hall
Appréhension, inquiétude. Quand on est « petit nouveau » à la fac, on retrouve les mêmes émotions qui nous submergeaient lorsque l’on entrait en seconde et en 6e. Nouvel établissement, nouvelles têtes, nouvelles façons de travailler et d’apprendre… Tout juste sorti du bac, il faut rapidement s’adapter et s’approprier les codes. Heureusement, étudiants aguerris et personnels sont ...

by Claire Leveque at September 01, 2015 06:00 AM

August 31, 2015

Lorraine (Développement Durable)

Vers un urbanisme durable

herbe-image

L’école nationale supérieure d’architecture de NANCY, en partenariat avec la fédération des Parcs naturels régionaux de France organise à l’occasion des 10 ans des ateliers territoriaux de son cycle Master, un séminaire de bilan-recherche qui se déroulera 14, 15 et 16 octobre 2015.

 

 

En savoir plus :

Programme

Inscription

by prati5 at August 31, 2015 07:50 AM

Lorraine (Orthophonie)

Lire pour apprendre, lire pour comprendre.

 

Institut Français de l'Éducation

[...] « Ce Dossier de veille souhaite faire le point sur l’activité de lecture, au-delà des apprentissages fondamentaux abordés au cycle 1. Cette activité est selon les cas désignée sous les termes de lecture experte, lecture complexe ou lecture littéraire. Nous nous interrogerons sur ce que signifie la compréhension de textes et la notion de lecture experte qui lui est associée. Nous aborderons dans un premier temps les questions portant sur les mécanismes cognitifs de la compréhension puis, dans un deuxième temps, nous parlerons de l’enseignement de la compréhension d’un point de vue didactique… »

 

 

 

Accès au dossier. Ifé. Mai 2015

 

by pierre36 at August 31, 2015 07:30 AM

Savoie

Jeu de piste à la BU !

3028314931_53d4aa5fc2_z

Pour cette rentrée universitaire, les BU du Bourget et de Jacob ont préparé un jeu de piste pour les nouveaux arrivants à l’université.

En septembre, les étudiants pourront ainsi découvrir pas à pas leur BU et se familiariser de manière ludique à leur nouvel environnement de travail.

A Jacob, ce sont les étudiants en L1 lettres qui devront résoudre cette énigme .

Au Bourget, ce sont tous les étudiants en L1 et en DUT 1 qui auront à trouver la clé de l’enquête.

Bienvenue dans vos BU !

Bonne rentrée universitaire à tous !

by Natacha Cartant at August 31, 2015 05:00 AM

August 28, 2015

BIU Santé

Envoyez-nous vos photos de pharmacies

Bientôt la fin des grandes vacances.

Depuis lundi, le pôle Pharmacie de la BIU Santé a rouvert ses portes (attention à la fermeture à 19h et le samedi en raison du plan Vigipirate), et les cours reprennent dès la semaine prochaine à la faculté de Pharmacie de Paris (voir les informations détaillées ici).

Pour rêver encore un peu, le dernier numéro du Moniteur des pharmacies (disponible au pôle… Pharmacie sous la cote P15396) vous propose de revenir sur l’aventure de Guillaume Brun, qui a parcouru le monde pendant 2 ans, à la rencontre des pharmaciens, pour sa thèse d’exercice.

C’est aussi le moment de nous envoyer (à l’adresse blog@biusante.parisdescartes.fr) les photos de pharmacies que vous n’avez pas manqué de prendre pendant vos congés. Officines exotiques, boutiques du bout du monde, magasins anciens… Les plus beaux clichés seront publiés prochainement dans un nouveau billet de blog et seront rajoutés à notre carte du monde :

Carte globale

Afficher la carte intégrée en mode plein écran

Retrouvez les livraisons précédentes de clichés :

- Épisode 1 (octobre 2014)

- Épisode 2 (janvier 2015)

- Épisode 3 (mai 2015)

Vous pouvez nous envoyer vos plus belles photographies de pharmacies par courriel à blog@biusante.parisdescartes.fr ou sur les réseaux sociaux.

Pour consulter l’ensemble des photographies reçues à ce jour, une rubrique du blog a été ouverte : Pharmacies du monde.

Cet article Envoyez-nous vos photos de pharmacies est apparu en premier sur Bibliothèque interuniversitaire de Santé - Paris.

by biusante at August 28, 2015 02:44 PM