Planet'BU

Agrégation de flux RSS issus de blogs mis en place par des bibliothèques universitaires. Nous suivre sur twitter : @Planet_BU

March 02, 2015

BIU Santé

La NLM a besoin de vous !

Donald Lindberg, directeur de la National Library of Medicine, partira à la retraite le mois prochain, après plus de 30 ans en poste.

À cette occasion, la NLM lance une enquête sur ses missions et ses stratégies pour l’avenir.

En anglais dans le texte :

This Request for Information (RFI) seeks input regarding the strategic vision for the NLM to ensure that it remains an international leader in biomedical data and health information. In particular, comments are being sought regarding the current value of and future need for NLM programs, resources, research and training efforts, and services (e.g., databases, software, collections)

Les utilisateurs des services de la NLM sont invités à donneur leur avis, avant le 13 mars 2015, en remplissant le formulaire disponible à l’adresse suivante :

http://grants.nih.gov/grants/rfi/rfi.cfm?ID=41

À vous de contribuer à l’avenir de cette institution en répondant à cette enquête.

C’est également une opportunité d’indiquer en quoi la NLM et ses services (par exemple la division Histoire de la médecine) contribuent à votre travail et à celui des chercheurs à travers le monde.

En savoir plus

- La présentation détaillée de l’enquête (en anglais)

 

 

 

 

 

 

 

Cet article La NLM a besoin de vous ! est apparu en premier sur Bibliothèque interuniversitaire de Santé - Paris.

by biusante at March 02, 2015 09:48 AM

Nice (Tandem)

Liber amicorum, Hommage, In memoriam …

http://www.flickr.com/photos/pauljill/14733963756

http://www.flickr.com/photos/pauljill/14733963756

… autant de titres pour désigner les Mélanges.

  • Définition et spécificité

Un Mélanges est un ouvrage paru en hommage à un éminent personnage, qui rassemble des articles (ou contributions) d’auteurs différents. Les articles sont réunis et dédiés à une personnalité du droit par ses amis, ses collaborateurs, ses disciples, en hommage à cette personnalité et portant sur la discipline dans laquelle elle s’est distinguée. Le plus souvent, ils sont publiés à l’occasion du départ en retraite, de la disparition, d’un anniversaire, d’un colloque.

Ils peuvent être qualifiés par « Mélanges », « Liber amicorum », « Offerta », « Etudes », « Hommage », « Ecrits », « Essais », « Regards croisés », « In memoriam » ou ne pas être qualifiés par un terme spécifique. Ils peuvent être « dédiés à », « en l’honneur de », « à la mémoire de », « offerts à », « en souvenir de », « en hommage à »…

Les Mélanges sont donc caractérisés par le nom de la personne à laquelle ils sont dédiés (le dédicataire) et composés d’articles (ou contributions) écrits par différents auteurs.

Les Mélanges sont une spécificité juridique. Ils constituent une documentation précieuse car ils sont rédigés par des spécialistes du domaine et enrichissent la doctrine.

  • Une collection récemment étoffée à la BU Droit

A la BU Droit, les Mélanges sont tous regroupés sous une même cote (340.02) et classés par dédicataires, en salle SA1. Ils sont consultables sur place.

Grâce au transfert du Fonds Doyen Louis Trotabas de la Villa Passiflores vers la BU Droit, notre collection de Mélanges s’est enrichie de 200 volumes. Dorénavant, de nombreux Mélanges sont en multiples exemplaires, dont un empruntable. De nouveaux titres relativement rares ont rejoint nos rayons, tels que le Mélanges Gouron sur le droit médiéval. De même, l’intégration de la bibliothèque du laboratoire CEDORE, qui est actuellement en cours, comprend plusieurs mélanges.

  • Astuces pour rechercher des Mélanges

La recherche des Mélanges n’est pas aisée à cause de la diversité des titres. De plus, la recherche par les titres et les auteurs des contributions n’est pas possible car ils ne sont pas détaillés dans notre outil de recherche.

Comment chercher des Mélanges dans notre outil de recherche ?

Si vous connaissez le nom du dédicataire, saisissez « Mélanges » suivi du nom du dédicataire. Par exemple « Mélanges Touscoz »

Comment retrouver les contributions d’un Mélanges ?

Les articles et contributions ne sont pas dépouillés dans notre outil de recherche. Pour chercher une contribution précise au sein d’un Mélanges, plusieurs solutions complémentaires s’offrent à vous :

  • Catalogue des articles de Mélanges par Paris 2: Sur le site de la bibliothèque de Panthéon-Assas Paris 2, le catalogue propose une recherche par articles de Mélanges. Le moteur de recherche permet de faire une recherche par titre, auteur ou sujet, un lien vers le sujet donne la possibilité de connaître les articles d’autres Mélanges. Le référencement n’est pas exhaustif, mais il est très complet à partir de 2000 et on peut retrouver des Mélanges jusqu’en 1888.
  • « La Bibliographie des Mélanges – Droit » de Xavier Dupré de Boulois (Editions La Mémoire du droit, 2001) fait référence pour la recherche de contributions à des Mélanges antérieurs à 2000. Les contributions y sont classées par domaines de droit. Cet ouvrage propose aussi un index des matières (domaines juridiques) et des auteurs, ainsi qu’une table des Mélanges par dédicataire. Consultable sur place à la BU Droit (Étage SA2 – Dictionnaires – Cote : 030.74 DUP)
  • Des bibliographies thématiques sont disponibles à la BU Droit : « Les droits de l’homme dans les « Mélanges » de Pierre Lambert (Némésis, LGDJ, Anthemis, 2012)  : RDC (SA1), Cote : 341.481 LAM et « Les introuvables du droit comparé : 1993-2003«  (Éditions Panthéon-Assas, 2004) : RDC (SA1), Cote : 340.2 INT
  •  Jurisguide propose d’autre pistes de recherche et bases de données dépouillant des mélanges.

Sources :

http://jurisguide.univ-paris1.fr/ARTICLES/index.php?view=1&artid=171

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9langes_juridiques

by Delphine Berraute at March 02, 2015 08:00 AM

Lorraine (Développement Durable)

Risque, prudence et tempérance !

risque-image

L’absence de certitude est la norme de la vie humaine et sociale. Nos sociétés actuelles semblent même être de plus en plus confrontées à des situations où la prise de décision s’effectue dans un cadre où l’existence de l’aléa ne peut être négligée (santé, environnement, technologie, industrie, etc.). Le conférencier, économiste parmi les meilleurs spécialistes au monde des questions de risques, présentera une vue d’ensemble de la théorie économique du risque et de l’incertitude, depuis ses débuts au XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. La notion de prévention sera au cœur de sa présentation.

 

 

 

En savoir plus :

Date : lundi 2 mars 2015, 17h

Lieu : salle AR06 Faculté de Droit, Sciences Economiques & Gestion de Nancy

Intervenant : Professeur Louis Eeckhoudt IESEG School of Management

by prati5 at March 02, 2015 06:40 AM

Poitiers (Sciences)

Histoire de l’électricité au siècle des Lumières

A partir du lundi 2 mars, vous pourrez admirer en BU Droit-lettres une exposition réalisée dans le cadre des Petites vitrines du Fonds ancien consacrée à l’histoire de l’électricité au siècle des Lumières. Vous trouverez dans les BU Sciences de Poitiers de nombreux ouvrages vous permettant d’approfondir le sujet, afin de préparer votre visite de …

Lire la Suite »

by Frédéric Duton at March 02, 2015 06:30 AM

Savoie

Campus en fête au Bourget !

Photo Phiend

Crescendo est une association d’étudiants en DUT GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Organisations). Parmi ces étudiants, des musiciens préparent leur DUT tout en poursuivant leur carrière musicale.

Retrouvez les concerts qu’ils organisent du 2 au 5 mars dès midi à EVE (Espace Vie Étudiante) sur le campus du Bourget à l’occasion d’une nouvelle édition de « Campus en fête. »

La BU du Bourget s’associe à l’événement et vous propose une sélection d’ouvrages sur la musique : de la musique classique au marketing culturel, découvrez  l’univers de ces étudiants !

by Natacha Cartant at March 02, 2015 06:00 AM

Rennes 2

Souveraine Magnifique d’Eugène Ebodé

Photographs of Genocide Victims - Genocide Memorial Center - Kigali - Rwanda by Adam Jones, Ph.D., licence CC:BY-SA .Source [wikimedia commons]
… ou le voyage au bout de l’enfer

Il y a un peu plus de 20 ans, entre avril et juillet 1994, au Rwanda, Tutsis et Hutus s’entre-déchirèrent dans une lutte de pouvoir qui engendra ce qui reste, à ce jour, le génocide le plus court et le plus intense de l’histoire de l’humanité, où périrent, selon l’ONU, 800 000 rwandais, en grande majorité Tutsis.

Quelques romanciers africains ont écrit sur la rivalité entre les deux ethnies, en particulier le camerounais Eugène Ebodé. Il a publié en 2014 un roman - en réalité un témoignage - qui fait parler Souveraine Magnifique, jeune rescapée des tueries de 1994 qui anéantirent sa famille proche, sous ses propres yeux. Le livre décrit l’horreur du génocide, traduit métaphoriquement comme  la saison des coupe-coupe qui a ensanglanté le pays des Mille-Collines [le Rwanda] . A aucun moment l’auteur ne prononce les mots « hutus », assassins des « tutsis », préférant parler des « Courts » […] raccourcissant […] les « Longs ».

L’ethnocide désigne toujours une victime expiatoire, un bouc émissaire : « Parce que nous étions nés Longs, que nous étions plus effilés que les Courts, ils nous ont toujours prêté une origine indéfinie, bizarre ! A leurs yeux, nous ne sommes pas des citoyens légitimes de ce pays. Nous sommes de trop ! Certains ont conclu que nous avons vocation […] à disparaître. C’est insensé, car nous sommes d’ici et de nulle part ailleurs. Nous n’avons de pays que ces mille collines »,  clame Souveraine à l’écrivain venu recueillir son témoignage. « Notre sveltesse, nos longs nez, nos mages, nos rites, […] avaient créé un sentiment étrange d’infériorité chez certains Courts. Nous avions beau répéter que la monarchie était celle du pays et n’appartenait à aucun groupe en particulier, on nous rétorquait que nous nous distinguions par nos mythes […]. Nous étions accusés de tenir davantage à ces mythes qu’à la personne de Jésus-Christ le fils de Dieu qui était mort sur la croix pour nous. On avait fini par nous identifier à ceux qui l’avaient crucifié. »

Les colons belges, à partir de 1931, imposèrent des papiers d’identité indiquant l’origine des populations constitutives du Rwanda : « hutu », « tutsi » ou « twa ». Cette pratique discriminante, de funeste mémoire et conséquence dans l’Europe antisémite de la première moitié du XXè siècle, était encore récemment en vigueur dans ce pays. Elle aida largement les meurtriers à identifier leurs futures victimes et à faire de ce pays un « équarissoir » pendant les quatre mois mortifères de 1994.

L’absurdité et l’horreur du conflit éclate aux yeux de Souveraine Magnifique quand elle découvre que c’est leur voisin -et ami de la veille-, un « Court » qui, avec une sauvagerie insoutenable, décapite puis émascule à coups de machette son père, un « Long », et, après une tentative de viol, éventre sa mère, laissant échapper le fœtus qu’elle portait. L’épouse de ce voisin, qui fut la maîtresse d’école adulée et la« deuxième maman » de Souveraine, ne se remettra pas du geste insensé de son mari et en deviendra folle de douleur.

Le voisin, une fois la paix retrouvée, fut jugé par un tribunal de Sages et condamné à une peine qu’on a peine à concevoir : le criminel fut condamné à s’occuper d’une vache conjointement avec la fille de l’homme et la femme qu’il massacra. « C’est le prix de la réconciliation ! Oui, après la sanction vient la réconciliation. Peut-être y aura-t-il le pardon, mais ça, monsieur, c’est aux victimes de l’accorder. Et puis une vache n’est pas qu’une vache, elle n’efface pas l’horreur, elle rend possible la reprise d’une communauté de destin. Vous comprenez ? » ajoute Souveraine face à son interlocuteur quelque peu sceptique.

On quitte cet ouvrage important, douloureux, parfois difficilement supportable, avec le sentiment désespérant de voir bégayer l’Histoire dans ses sempiternelles et monstrueuses vagues de haine génocidaire toujours prêtes à fondre sur tous les continents, que ce soit dans l’Amérique indienne, l’Asie cambodgienne, l’Orient arménien, l’Europe nazie, ou stalinienne ou celle de l’ex-Yougoslavie.

Dans l’abondante littérature (de fiction et d’essais) présente à la BU sur la tragédie rwandaise, se détache aussi la romancière Scholastique Mukasonga qui reçut le prix Renaudot en 2012 pour  Notre-Dame du Nil , où elle décrit la séculaire rivalité interethnique de ce malheureux pays, annonciatrice des massacres de 1994. Dans un contexte plus général, il faut aussi lire un ouvrage récent, et qui fait désormais référence, de l’historien Jacques Sémelin, Purifier et détruire : usages politiques des massacres et génocides, paru au Seuil en 2005, remarquable analyse multidisciplinaire de l’acte ethnocidaire.

Pour en savoir plus sur Eugène Ebodé, voir cet article sur le site de RFI.

 

 

by brelivet_j at March 02, 2015 06:00 AM

February 28, 2015

Lorraine (Développement Durable)

Challenge Écologie et Technologie 2015

challenge-ecologie-technologie

 

Dernier jour pour vous inscrire au Challenge Écologie et Technologie !

Si vous souhaitez communiquer et valoriser un projet de fin d’études, un projet de création d’entreprise, des activités de recherche, une action menée au sein d’une association étudiante ou lors d’un stage (même si ce n’est pas abouti)… en lien avec le développement durable, n’hésitez pas à vous inscrire !

Il s’agit d’un concours ouvert à tous les étudiants, quels que soient leur discipline et leur niveau (L1 au doctorat).

La 4e édition se déroulera les 12 et 13 Mars 2015 sur le campus Bridoux, UFR SciFA, Metz.

 

L’esprit qui préside à cette manifestation est un esprit de rencontre et de partage d’expériences. A cette occasion, les étudiants présenteront leur projet à l’aide d’un poster (l’impression sera réalisée par le comité d’organisation) et éventuellement de matériel de démonstration.
Cependant, il s’agit aussi d’un concours avec remise de prix par un jury composé de membres des collectivités locales et d’entreprises. Un grand prix de 500€ et 4 prix de 300€ à gagner !

by prati5 at February 28, 2015 06:18 AM

February 27, 2015

Lorraine (Développement Durable)

Eco-concevoir demain

 

Nous utilisons une multitude de produits, de biens et de services dans notre vie quotidienne et professionnelle. Pour faire face à une demande croissante en ressources (minerais, énergie) et pour répondre aux grands enjeux environnementaux tels que le changement climatique, il est possible de concevoir des produits plus respectueux de l’environnement.

Ce MOOC d’introduction à l’éco-conception vous propose de découvrir comment réduire les impacts sur l’environnement des produits (biens ou services) tout en conservant leurs qualités et leurs performances intrinsèques.

Les participants pourront acquérir les bases théoriques de l’éco-conception et apprendre à manipuler quelques outils simples pour évaluer les impacts sur l’environnement d’un produit et l’améliorer.

 

 

Modalités de participation et attestation au cours

Plusieurs niveaux d’engagement sont possibles. Le MOOC Eco-Concevoir Demain donne droit à une attestation de suivi avec succès pour chacun des parcours :

Parcours découverte :
Consulter les ressources et s’autoévaluer par des quiz
1h30 à 2h de travail par semaine
Parcours individuel :
Consulter les ressources et s’autoévaluer par des quiz
Rendre 4 devoirs dans des délais imposés
Participer à l’évaluation des devoirs des autres participants
2 à 3h de travail chaque semaine
Parcours professionnel par équipe (3 à 5 participants) :
Consulter les ressources et s’autoévaluer par des quiz
Réaliser un projet en équipe sur un produit de votre choix (2 livrables à rendre)
Evaluer 3 projets des autres participants du MOOC
4 à 6 h de travail chaque semaine

 

 

PRÉREQUIS

La formation est ouverte à tous et ne nécessite pas de prérequis scientifique. Une bonne maîtrise du web, des outils de collaboration à distance et de la gestion de projet est nécessaire pour ceux qui désirent s’engager dans le parcours par équipe. De plus, pour ce parcours il faudra prévoir quelques outils de bricolage pour démonter un produit et dans la mesure du possible une balance pour peser les composants.

by prati5 at February 27, 2015 07:04 AM

Rennes 2

André Brink

Photograph taken in Lyon, France, at the International Forum on the Novel by Seamus Kearney, licence CC:BY-SA. Source [wikimedia commons]
et ses bifurcations

André Brink, né en 1935 à Vrede dans la province sud-africaine de l'État-Libre d'Orange, et mort le 6 février 2015, avait  écrit en 2007 son autobiographie  sous le titre the fork on the road, traduit en français par Mes bifurcations.

Il y raconte son enfance ou "endoctriné[s] par la version Afrikaaner de l'histoire [...]  "les lectures qu'on nous imposaient fixaient dans mon jeune esprit d'une encre indélébile l'image de l'Autre sombre, le dangereux noir qui rôdait sous nos lits"" Boursier à Paris, il assiste de l'extérieur et en compagnie d'étudiants noirs aux  violences de l'Apartheid et "bifurque" : de pro-apartheid il en devient un opposant.

A son retour en Afrique du Sud en 1961, Il explore alors les notions de blancheur et de noirceur ("blancnoirceur") et se pose la question de la place des blancs dans le combat de libération des noirs. Il est victime de la censure  pour atteinte à la sécurité de l'État, notamment pour avoir décrit des relations sexuelles entre noirs et blancs, est  placé sur écoute, surveillé et menacé de mort. Au moment de l'assassinat de Steve Biko en 1977, il est en train de rédiger Une saison blanche et sèche, son roman le plus connu, prix Médicis en 1980, dont le sujet est  "l'indécence de la Security Police, la tentative d'un Afrikaner lambda pour porter à la lumière les ténèbres et la violence institutionnelle qui sous-tendaient l'apartheid".

Quand Nelson Mandela est enfin libéré et les lois de l'Apartheid abolies, il écrit : "si j'étais mort à ce moment-là, j'aurais été très heureux. Cela aurait peut-être mieux valu car ce fut le début de la fin."

A la fin de son autobiographie il regrette l'immense gâchis qui a suivi la fin de l'Apartheid, tous les espoirs étant réduits en cendres par "l'arrogance, la stupidité et la propension au mensonge" des cadres de l'ANC (Congrès national africain), parti politique arrivé au pouvoir lors des premières élections multiraciales en avril 1994.

 

by chereul_m at February 27, 2015 06:00 AM

February 26, 2015

Lorraine (Développement Durable)

Allons-nous manquer d’eau ?

allons-nous-manquer-eau_livre

Le monde risque-t-il vraiment de mourir soif ? L’eau n’est elle pas : ressource renouvelable ? Sommes-nous de si gros consommateurs que ça ? Gomment réduire l’impact des activités humaines sur les ressources en eau ? Comment mieux gérer les ressources existantes ? Reste-t-il des ressources d’eau inexploitées ? Comment mieux partager l’eau, au niveau local comme au niveau national ? Et comment préparer l’avenir ? [Source : 4e de couverture]

 

 

 

 

Où trouver ce livre ?

Bibliothèque des Sciences et techniques. Rez-de-chaussée, cote 333.91 AND

by prati5 at February 26, 2015 02:12 PM

BIU Santé

Exposition « Femmes en métiers d’hommes »

La nouvelle exposition du musée de l’Histoire vivante de Montreuil s’intitule « Femmes en métiers d’hommes » (jusqu’au 20 décembre 2015).

Adaptée du livre de Juliette Rennes paru en 2013, l’exposition retrace au travers de cartes postales de 1890 à 1930, mais également d’archives, photographies et couvertures de presse, l’histoire des premières femmes avocates, charpentières, cochères, doctoresses héroïsées ou moquées.

Tout au long de cette période, le débat sur la capacité des femmes à exercer ces métiers historiquement masculins s’accentue. Il devient incontournable dans les années 20, au vu du rôle des femmes dans la Première Guerre mondiale.

La BIU Santé a prêté 4 documents pour cette exposition :

-          La thèse d’Elizabeth Garrett Anderson intitulée Sur la migraine (Thèse Paris 1870 n° 138 – téléchargeable gratuitement sur Medic@). Cette Anglaise fut la première docteure de la Faculté de médecine de Paris

-          Une héliogravure de Jean Béraud représentant la soutenance d’Elizabeth Garrett Anderson (cote CIS/B : 1036)

-          Un fascicule de 1888 du journal L’Univers illustré dans lequel est reproduite une gravure de la soutenance de thèse de Caroline Schultze (cote CIS/C : 232)

-          Un feuillet extrait du journal le Gil Blas illustré, consacré à la chanson « La doctoresse », avec paroles, partition et illustration (cote CIS/C : 255)

Si ce sujet vous intéresse, pensez à consulter également le dossier de Medic@ consacré à l’histoire de l’entrée des femmes en médecine http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/femmesmed.htm

En savoir plus

- Le site de l’exposition

- Le livret pédagogique de l’exposition (29 pages)

- Le livre à l’origine de l’exposition

Estelle Lambert

Femmes en métiers d'hommes
Debut: 01/17/2015
Fin: 12/20/2015
31, boulevard Théophile-Sueur
Montreuil, Île-de-France
93100
FR

 

 

Cet article Exposition « Femmes en métiers d’hommes » est apparu en premier sur Bibliothèque interuniversitaire de Santé - Paris.

by biusante at February 26, 2015 01:10 PM

Reims

Vacances d’hiver – Horaires des BU !

Vacances d’hiver – Horaires des BU !
Congés d’hiver en vue ! Et pour ceux qui ne s’élanceront pas sur les pentes enneigées, voici les horaires des bibliothèques de l’URCA du 2 au 7 mars :   A Reims Campus Croix-Rouge / Bibliothèque Robert de Sorbon Du lundi 2 au vendredi 6 : 8h – 19h – Ouverture lundi à 13h Samedi ...

by admin at February 26, 2015 11:00 AM

Lorraine (KinErgo)

L’ostéopathie pour les patients de plus de 50 ans

PrésentationOsteopathie patients plus 50 ans de l’éditeur

Dans cet ouvrage, destiné aux praticiens soucieux d’optimiser la santé de leurs patients seniors, les auteurs proposent une approche logique basée sur l’anatomie et la physiologie, débouchant sur le traitement de ces patients selon les principes ostéopathiques.

 

Avec plus de 70 ans d’expérience clinique à eux deux, les auteurs exposent ainsi les modalités pratiques du diagnostic et du traitement de la dysfonction somatique présente dans de nombreux troubles : dysfonctions musculosquelettiques, posturales, cardiovasculaires, respiratoires, gastro-intestinales, urogénitales, autonomiques, auditives et visuelles.

 

Ils proposent aussi des instructions pour favoriser la participation du patient, sa capacité à se prendre en charge, ce qui participe au processus d’autoguérison, principe fondamental en médecine ostéopathique.

 

Agrémenté de quelque 250 illustrations et photographies, ce livre sera pour l’ostéopathe un outil agréable à consulter et indispensable à sa pratique.

 

Voir le sommaire en PDF, grâce au site Unithèque

 

L’ostéopathie pour les patients de plus de 50 ans  / Nicette Sergueef, Kenneth Nelson, Elsevier Masson, (2015).

 

Où trouver ce livre ?

Bibliothèque Santé – Pharmacie – Salles de lecture – Livre – WB 940 SER

by caubert1 at February 26, 2015 09:00 AM

Saint-Étienne

Le Capes d’espagnol en quelques signets…

Chaque année, nos résultats aux concours de l’enseignement sont parmi les meilleurs de France (entre 15 et 20 admis au CAPES, 1 et 3 à l’Agrégation), information signalée sur le site du département d’espagnol… Pour que ça dure, la bibliothèque universitaire vous propose quelques liens internet pour vous préparer aux épreuves du Capes !

Infos autour du Capes…

Qu’est-ce que le Capes d’espagnol ?

Se préparer à l’UJM au Capes d’espagnol

Le calendrier 2015

Nombres de postes en 2015 : 365

Le programme du Capes espagnol

2014 Session rénovée : Rapport de jury  / Notes de commentaires / Exemples de sujets

Ressources pour le Capes…

Des bibliothèques universitaires :

Des librairies « espagnoles » :

Des associations, blogs, institutions… :

Quelques ressources documentaires en ligne sur les œuvres au programme…

Tirso de Molina. El burlador de Sevilla o el convidado de piedra :

Gabriel_Garcia_MarquezGabriel Garcia Marquez. El otono del patriarca :

Marti, José. Nuestra América :

Fernando Léon de Aranoa :

Chaque année, la bibliothèque universitaire achète tous les documents du programme du Capes disponibles sur le marché afin de vous aider à réussir les épreuves du Capes. Les documents sont consultables dans le catalogue. Des listes complémentaires vous sont également proposées.

Sélections de documents de la bibliothèque

Bonnes lectures et bonnes réussites pour l’épreuve du Capes espagnol de 2015 !

 

 

 

 

 

 

 

 

by koem9327 at February 26, 2015 08:00 AM

Reims

URCA, Unidiversité > Portrait #3 Sébastien Piantoni

Latitude 49°14’17.4″N, longitude 3°59’55.5″E, Reims, Campus Croix-Rouge, Bâtiment modulaire n°11. D’emblée, cette géo-localisation devrait vous évoquer quelques chose. C’est en effet là que se trouve l’équipe du laboratoire HABITER ainsi que notre mystérieux lecteur. Spécialité ? Manipuler les cartes. Mystique du tarot ? Stratège du poker ? Illusionniste surdoué ? Non, notre homme est plutôt ...

by Claire Leveque at February 26, 2015 07:42 AM

Poitiers (Sciences)

Nouveautés ebooks sciences et techniques #4

Votre bibliothèque vous propose un large choix de ebooks (livres numériques), téléchargeables et empruntables, 24 heures sur 24, de partout. Via la plateforme Dawsonera, 657 ebooks sont disponibles, abordant essentiellement les domaines suivants : sciences et techniques, informatique, sciences sociales et humaines. Pour compléter cette offre, une sélection de 25 titres vous est proposée chez l’éditeur …

Lire la Suite »

by Armelle Gauthier at February 26, 2015 06:30 AM

February 25, 2015

ULCO

[Anim'BULCO] Mars 2015

Projection Ciné-Bulco de Calais

Une adolescente dans la résistance (Pablo Fréville, 2008)

Suivi d’un débat en présence du réalisateur !

Lundi 9 mars à 18h

BU de Calais

affiche femmes dans la guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

En partenariat avec la Médiathèque de Calais dans le cadre des manifestations « Femmes dans la guerre »

_______________________________________________

Projection Ciné-Bulco de Dunkerque

Les femmes du bus 678 (Mohamed Diab, 2010)

Mardi 10 mars à 18h30

Entrepôt

_______________________________________________

Projection Ciné-Bulco de Boulogne

La source des femmes (Radu Mihaileanu, 2011)

Mardi 10 mars à 16h30

La Chapelle

_______________________________________________

Dire et chanter l’insurrection : concert et lectures

Lundi 9 mars à 18h

BU de Dunkerque

PJ92_LOGOPrintempsfondnoir

 

 

 

 

____________________________________________________

Débat « Fraternité : comment cultiver cette valeur au quotidien ? » par l’association Expressions

Vendredi 13 mars à 18h30

BU de Dunkerque

logoExpressions

_______________________________________________________

Conférence sur les troubadours

Vendredi 20 mars à 18h30

BU de Dunkerque

littoerales-banniere

 

 

 

__________________________________________________________

Un café douceur équitable

En partenariat avec l’association Artisans du monde

Lundi 23 mars de 12h30 à 14h

BU de Boulogne-sur-Mer, Calais, Dunkerque et Saint-Omer

Logo longADM

_________________________________________________________________________


Rating: 1.0/5 (2 votes cast)


by Adeline Rofort at February 25, 2015 09:01 AM

Lorraine (Développement Durable)

Le changement climatique pour les nuls

le-changemen-climatique-pour-les-nuls

Les équilibres mondiaux sont atteints comme jamais : érosion de la biodiversité, pollutions irréversibles, démographie galopante, surexploitation des ressources et, désormais, dérèglement climatique… Un changement profond de notre façon d’habiter le monde doit être envisagé. Or, pour agir, il est nécessaire de comprendre : quels sont les fantasmes et la réalité du changement climatique ? Quels sont les enjeux énergétiques d’aujourd’hui ? Comment l’homme peut-il réinventer son mode de vie ? [Source : 4e de couverture]

 

 

 

 

Où trouver ce livre ?

Bibliothèque des Sciences et techniques. Rez-de-chaussée, cote 363.7 NOU

gbs_preview_button1

by prati5 at February 25, 2015 07:40 AM

Reims

Luxations et autres maux d’hiver

Luxations et autres maux d’hiver
Pour grand nombre d’entre nous les vacances d’hiver sont synonymes de neige, de luge, de bons repas, de montagne, de ski … viennent (parfois) s’ajouter aussi : maladies hivernales, entorses, fractures et luxations ! Mais au fait c’est quoi une luxation ? Souvent causée par un traumatisme, la luxation se définit par une perte de contact entre deux ...

by CATHERINE CHALMET at February 25, 2015 07:00 AM

Rennes 2

Disponible en vinyle !

Tour d'horizon de la collection de 33 tours de la Bibliothèque de musique, épisode 3

"Blue" Gene Tyranny, Out of the blue (Lovely Music, LML 1061, 1978)

Premier album solo de "Blue" Gene Tyranny, sur le label d'avant-garde Lovely Music (qui accueille aussi Robert Ashley, Jon Hassell, Alvin Lucier, parmi d'autres). Gene Tyranny - né Robert Sheff à San Antonio, Texas - est aujourd'hui un interprète et théoricien respecté mais relativement méconnu, la faute sans doute à un goût pour l'exploration musicale qui s'accommode mal de l'académisme et des figures imposées. Cet éclectisme assumé lui permettra de nombreuses rencontres aussi inattendues que passionnantes, la plus "extrême" restant sans doute sa collaboration avec les Stooges d'Iggy Pop. Out of the blue, sorte d'équivalent électronique et pop d'un ensemble pour musique de chambre mené par le jeu élégant de Tyranny (au Moog et au synthétiseur), navigue toutefois sur des eaux beaucoup plus apaisées.

Les quatre morceaux - le dernier occupant l'intégralité de la face B - sont à la fois extrêmement léchés et séduisants, ce qui peut surprendre. Ils empruntent en effet volontiers à l'univers de la pop music "mainstream", tout en y apportant une spiritualité et un sens de la progression harmonique rarement entendus (au jeu des comparaisons, on pourrait penser aux premiers disques de Terry Riley). La place accordée au choeur féminin est absolument prépondérante, elle donne son unité à un disque qui fait naître la surprise de confrontations parfois déconcertantes (synthétiseurs et guitare acoustique, par exemple) et d'autant plus saisissantes qu'elles s'inscrivent dans un ensemble résolument mélodique.

L'écoute des disques de Gene Tyranny est toujours une aventure, ce compositeur ayant multiplié les expériences et puisant son inspiration aux sources les plus variées (sciences expérimentales, théâtre, cinéma).

La Bibliothèque de musique propose également à l'écoute le 2ème album de Blue Gene Tyranny pour Lovely Music, Just for the record, une interprétation aux claviers de quatre pièces écrites pour lui par Robert Ashley, Phil Harmonic, Paul DeMarinis et John Bischoff.

 

by queneutte_d at February 25, 2015 06:00 AM

February 24, 2015

Nice (HTTBU)

Le web de données, Isidore adore !

L’API d’Isidore pour en explorer les données, c’est chouette. L’accès par un Sparql Endpoint, c’est encore mieux ! Mais avant toute chose, un petit crochet par les concepts et technologies de base du Linked Open Data s’impose (car c’est de cela qu’il s’agit). Et commençons donc par le formalisme RDF (pour Resource Description Framework) qui ne […]

by Géraldine Geoffroy at February 24, 2015 03:29 PM

Lille 3

L’archéologie lilloise et Artémis de Durrës honorées par la poste albanaise

Une mission archéologique franco-albanaise timbrée.

La Poste albanaise a édité fin 2014 quatre timbres illustrant des antiquités retrouvées à Durrës, l’antique Épidamne-Dyrrhachion. Si la fouille a été réalisée au début des années 1970 par des archéologues albanais, l’étude du matériel vient d’être réalisée par des archéologues albanais et français, en particulier par des membres du centre de recherche CNRS Halma de l’université Lille 3. À l’occasion de cette émission de timbres, nous avons eu un entretien avec Arthur Muller, co-responsable, avec Fatos Tartari, de la mission franco-albanaise pendant une douzaine d’années.

Durrës – la Durrazzo italienne – est une ville portuaire située sur le littoral adriatique de l’Albanie, sur une petite péninsule. Il s’agit de la deuxième plus grande ville d’Albanie après Tirana, la ville moderne ayant pris place sur l’antique Épidamne-Dyrrhachion fondée au VIIe s. par des colons venus de Corcyre et de Corinthe. La mission archéologique franco-albanaise de Durrës a été ouverte en 2002.

TimbresTimbres « Artemisa Dyrrachionit »

Christophe Hugot : Quel a été l’objet de la mission franco-albanaise de Durrës ?

Arthur Muller : L’archéologue albanais Vangjel Toçi a fouillé cette région pendant plusieurs années, découvrant une vaste nécropole hellénistique. C’est dans le cadre de cette exploration qu’il a découvert le dépôt qui nous occupe, et qu’il a fouillé pendant 18 mois en continu. Si la fouille n’a mis au jour aucune construction, elle a révélé plus de 5 tonnes d’objets. Vangjel Toçi a rapidement tiré la conclusion qu’il s’agissait de vestiges provenant d’un sanctuaire et, en raison de l’abondance de représentations féminines − en particulier de protomés − il l’identifia avec un sanctuaire d’Aphrodite dans son carnet de fouilles. La découverte était exceptionnelle, en particulier par la quantité de matériel retrouvé. Cependant, Vangjel Toçi n’a rien publié sur cette trouvaille et le sanctuaire d’Épidamne-Dyrrhachion est pratiquement tombé dans l’oubli, le mobilier restant pour l’essentiel inédit, à l’exception d’une vingtaine d’objets présentés dans trois expositions d’art albanais en Europe (en Italie, France, Allemagne dans les années 1970 et 1980). Notre mission n’est donc pas une fouille à proprement parler, mais le sauvetage d’une fouille ancienne consistant à étudier le matériel retrouvé, dans l’un des très rares sanctuaires mis au jour en Illyrie.

Christophe Hugot : Comment avez-vous été sollicité pour étudier le matériel ?

Arthur Muller : Après la disparition de Vangjel Toçi en 1999, l’Académie des Sciences et l’Institut d’Archéologie de la République d’Albanie ont autorisé une équipe franco-albanaise à étudier les terres cuites figurées recueillies dans ce qui était alors convenu d’appeler le « sanctuaire d’Aphrodite ». Depuis la chute de la dictature communiste au début des années 1990, les Albanais font en effet appel à des étrangers pour mener avec eux les opérations archéologiques. Il s’agissait là de la quatrième mission pour l’École française d’Athènes après celles menées dans l’antique colonie grecque d’Apollonia, sur le site préhistorique et protohistorique de Sovjan dès 1992 et 1993 et sur le site hellénistique et paléochrétien de Byllis en 1997. Comme il s’agissait d’étudier des terres cuites, l’archéologue Fatos Tartari a pensé me confier cette mission. C’est ainsi que le Centre de recherche CNRS Halma de l’université Lille 3 est intervenu à Durrës. La mission a commencé en 2002-2003 et s’est rapidement révélée passionnante.

Christophe Hugot : Qu’a révélé l’étude des terres cuites ?

protomeTerres cuites au moment de la trouvaille (cliché Ilia Toçi, 1970-1971)

Arthur Muller : Il fallait étudier 1800 kg de tessons de terres cuites figurées. C’est une quantité très exceptionnelle. Par chance, la fouille de Vangjel Toçi avait été très bien faite. L’ensemble avait été tamisé et chaque tesson avait été marqué, donnant précisément le contexte de la trouvaille. Nous n’avons pas voulu nous limiter aux seuls objets jugés intéressants déposés au musée, mais à la totalité des tessons. Ce travail a pu montrer que 90% des terres cuites figurées représentent des protomés féminines. Le nombre minimum d’individus s’élève à plus de 5000 ! Vangjel Toçi pensait que ces figures représentent la déesse Aphrodite mais, en nous appuyant sur nos recherches à Thasos, nous avons conclu que les protomés ne représentent pas la déesse mais la dédicante. À quelle déesse les mortelles offraient-elles des protomés ? Le reste des terres cuites nous donne la réponse. Si on a pu identifier quatre représentations d’Aphrodite, les statuettes représentant Artémis se comptent par dizaines. Par ailleurs, Artémis est également présente en marbre ou en bronze sur le site. Nous avons acquis la certitude que le sanctuaire n’est pas dédié à Aphrodite mais à Artémis.

Christophe Hugot : Comment a été reçu cette nouvelle interprétation ?

dedicaceDédicace à Artémis, peinte de façon monumentale sur la lèvre d’un grand skyphos (photo G. Naessens)

Arthur Muller : En 2005, nous nous fondions sur la typologie des terres cuites pour conclure que nous étions en présence d’un Artémision. Il fallait une confirmation, en particulier épigraphique.
Par chance, l’étude des terres cuites figurées, engagée en 2003, a rapidement été étendue à l’ensemble des trouvailles du sanctuaire, à notre demande. Outre les terres cuites, le site avait livré environ trois tonnes de céramique, quelques centaines d’objets en pierre et surtout en métal, en bronze le plus souvent, des inscriptions, ainsi que 630 monnaies. Nous avions l’occasion, unique en Albanie et exceptionnelle dans le monde classique, de reconstituer un « système votif » en étudiant en même temps toutes les catégories de trouvailles. Il a donc fallu élargir l’équipe à d’autres spécialistes pour étudier cet ensemble. C’est en étudiant la céramique que nous avons découvert, lors de la campagne 2006, une dédicace à Artémis, peinte de façon monumentale sur la lèvre d’un grand skyphos. Cette découverte d’une inscription mentionnant la déesse, suivie d’autres, confirmait notre interprétation première. Notre remise en cause des conclusions de Vangjel Toçi fut acceptée par les Albanais. Le Musée de Durrës − le plus important musée archéologique d’Albanie − est en restructuration. Nous avons proposé la présentation d’une nouvelle vitrine avec un choix renouvelé d’objets pour refléter nos travaux sous le titre de « Sanctuaire d’Artémis », et non plus celui d’Aphrodite.

Christophe Hugot : Que sait-on de ce sanctuaire à Artémis ?

Arthur Muller : L’Artémision se situait en périphérie de la ville, sur un col entre deux collines, où passait une voie qui menait du centre de la ville à une vallée occupée par une nécropole et des ateliers de céramistes, ce qui est d’ailleurs la situation de la majorité des sanctuaires d’Artémis dans le monde grec, étant la gardienne des passages, ceux dans la vie des femmes et des hommes, et ceux dans la nature. Nous n’avons pas de traces du bâti, mais les trouvailles attestent que ce sanctuaire, dont il faut souligner le caractère très local du culte, a été fréquenté dès l’époque archaïque, de manière importante à partir du IVe siècle avant notre ère et à l’époque hellénistique. Il était toujours en activité à l’époque romaine, même s’il semble alors moins fréquenté. C’est sans doute cet Artémision qui est cité par Appien lors du siège de Dyrrhachium par Jules César, où Pompée s’était retiré en 48 avant notre ère, durant la guerre civile. Le sanctuaire était fréquenté par des femmes qui offraient à la déesse des statuettes les représentant, de façon générique et conventionnelle : il ne s’agit évidemment pas de portraits. Elles le faisaient vraisemblablement lors de moments essentiels de leur vie de femme, comme l’accession à la maturité sexuelle, au mariage et à l’enfantement pour se placer sous la protection de la divinité dans le statut auquel elles accédaient : de parthenos, à nymphè, et enfin à gynè. Mais les hommes offraient également à Artémis. On a ainsi retrouvé des milliers de cotyles miniatures, reproductions de vases à boire, qui étaient sans doute offerts à la divinité après l’éphébie, au moment où le jeune homme devient citoyen et obtient le « droit au banquet ». On a également retrouvé des boucliers miniatures en bronze, dont deux avec des dédicaces masculines à Artémis.  Je dois ajouter qu’après la fouille de 1970/71, le site a été remblayé et a subi la « bunkerisation » de l’Albanie, avec la construction d’un fortin enterré. Après la chute de la dictature, l’urbanisation sauvage de Durrës s’est étendue jusque sur la colline, avec quelques maisonnettes construites à l’endroit même de la fouille. Il ne reste plus rien du site.

Christophe Hugot : La Poste albanaise a diffusé quatre timbres liés au sanctuaire que vous étudiez. Pouvez-vous nous les décrire ?

60 timbre

Arthur Muller : Les Albanais s’intéressent beaucoup à notre travail. J’ai régulièrement été interrogé par les médias albanais, journaux, télévision,… C’est quelque chose dont nous n’avons pas l’habitude en Grèce, pour notre mission à Thasos, par exemple. C’est donc dans ce contexte que la Poste albanaise a souhaité valoriser les trouvailles de Dürres et qu’il m’a été demandé de choisir les sujets représentés sur les timbres. À l’origine, il devait y avoir six timbres. J’ai donc privilégié six objets, photographiés par Gilbert Naessens, ayant trait à la déesse Artémis. Quatre timbres ont été réalisés, de différentes valeurs faciales. Le timbre d’une valeur de 50 lekë reproduit la seule terre cuite représentant Artémis que nous avons pu reconstituer intégralement par collages de fragments identifiés dans notre puzzle. La déesse est ici en chasseresse. Sur le timbre de 60 lekë figure une protomé. Il est intéressant qu’on s’y arrête. Lors de leur découverte en 1970/71, on a mis en relation la coiffure de ces têtes avec les coiffures traditionnelles portées par les femmes albanaises de Zadrim, avec les cheveux retenus par un bandeau d’où s’échappent deux masses de cheveux sur les tempes. L’Albanie cherchant alors à montrer sa descendance directe des Illyriens de l’Antiquité, en occultant les influences étrangères, en particulier celle des colonies grecques, on fit aussitôt de cette « Aphrodite » l’avatar grec d’une déesse locale plus ancienne, une « Aphrodite paysanne d’origine illyrienne ». En fait, on est en présence de têtes représentant la femme comme nymphé, les cheveux ceints de la mitra, le bandeau que met la jeune épousée le jour de son mariage, typique de la Grèce antique. Cette offrande représente la dédicante à un moment important de sa vie de femme, à savoir le mariage. Sur le timbre de 70 lekë figure une tête d’Artémis en marbre. Celle-ci, exposée au musée, passait jusqu’à présent pour un Apollon de provenance inconnue mais a pu être identifiée sur des photographies datant de la fouille. Quant au timbre de 90 lekë, il est illustré d’un petit bronze d’époque hellénistique représentant la déesse Artémis en porteuse de torche.

Christophe Hugot : Dernière question. Votre mission est terminée, qu’en est-il de la publication ?

cachet premier jour

Arthur Muller : Notre mission est terminée pour l’essentiel, après douze années. Il faudra encore une ou deux campagnes pour l’étude de la céramique. Deux publications sont prévues, éditées par l’École française d’Athènes, dans la collection « Rafal » (Recherches archéologiques franco-albanaises). En attendant, nous avons publié une plaquette en albanais, en français et en anglais, dont la publication a été financée grâce au « prix Clio » reçu en 2005 pour cette mission (on peut la feuilleter gratuitement sur le site du Groupe de recherche sur la coroplathie antique), ainsi que plusieurs articles dans des revues scientifiques.

Bloc des timbresBloc des timbres « Artemisa Dyrrachionit »

by Christophe Hugot at February 24, 2015 12:19 PM

BIU Santé

Agroforesterie : Des arbres en agriculture (colloque, 20-21 mars)

La Société botanique de France, l’Association française d’agroforesterie et la Bibliothèque interuniversitaire de Santé organisent un colloque les 20 et 21 mars prochain sur le thème :

Agroforesterie : des arbres en agriculture

Il se tiendra à Paris, dans le grand amphithéâtre de l’université Paris Descartes (12, rue de l’École-de-Médecine).

Ce colloque pluridisciplinaire permettra d’aborder les nombreuses facettes de l’agroforesterie :

  • La diversité des approches agroforestières en climat tempéré : grandes cultures, maraîchage, arboricultures, élevage, …
  • L’agroforesterie en région tropicale : forêt jardinée, culture du café et du cacao, maïsiculture, rotation culturale forestière, …
  • Écologie agroforestière : importance paysagère, biodiversité, pollinisateurs, auxiliaires, flux de matière, …
  • Approche ethnologique des pratiques agroforestières

Le public attendu sera constitué de non-spécialistes ayant déjà une culture scientifique (naturaliste et botanique notamment).

Le thème du colloque s’inscrit en particulier dans le cadre des nouveaux programmes de lycée (‘Nourrir l’humanité‘ en seconde et en première, ‘La vie de la plante‘ en terminale S) et s’adressera à un public d’enseignants, de formateurs d’enseignants, étudiants et curieux de science.

Contact : Samuel REBULARD, co-responsable de la Préparation à l’agrégation Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers. Université Paris-Sud 11, Bâtiment 460, 91405 ORSAY Cedex 01 69 15 72 09.

Inscription (gratuite mais obligatoire) dans la limite des places disponibles : colloque.af.2015@orange.fr

En savoir plus

- L’annonce du colloque sur le site de la Société française d’écologie

- Présentation et programme (PDF)

- Le site de la Société botanique de France est hébergé sur les serveurs de la BIU Santé

Agroforesterie : des arbres en agriculture
Debut: 03/20/2015
Fin: 02/21/2015
12, rue de l'Ecole-de-Médecine
Paris, Île-de-France
75006
FR

Cet article Agroforesterie : Des arbres en agriculture (colloque, 20-21 mars) est apparu en premier sur Bibliothèque interuniversitaire de Santé - Paris.

by biusante at February 24, 2015 12:05 PM

Lorraine (Développement Durable)

QUALITA 2015 : qualité, sûreté de fonctionnement et développement durable

rufereq

 

La Lorraine s’apprête à accueillir la 11e édition de QUALITA, congrès international pluridisciplinaire en qualité, sûreté de fonctionnement et développement durable. Organisée par l’Université de Lorraine et RUFEREQ, cette manifestation se déroulera du 17 au 19 mars 2015.

Au programme de ces trois jours : trois sessions plénières, des sessions parallèles et spéciales, une table ronde, des visites de stands d’industriels, etc. Organisé tous les deux ans, le congrès QUALITA constitue un  » lieu de rencontres, d’échanges et de débats entre universitaires, chercheurs et industriels sur les avancées et le développement de la recherche dans le domaine de la qualité, de la sûreté de fonctionnement et du développement durable ».

 

 

En savoir plus :

Date : 25-27 mars 2015

Lieu : Artem Nancy

by prati5 at February 24, 2015 07:07 AM

February 23, 2015

Lorraine (Orthophonie)

De l’hyperactivité au TDA/H

 

  • De l’hyperactivité au TDA/H (Trouble déficit de l’attention/hyperactivité)

 

  • La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation

 

  • Numéro 68 — janvier 2015

 

  • Dossier coordonné par Céline Clément et Christine Philip

 

 

« Souvent connu dans le grand public, et particulièrement dans le monde éducatif, sous le nom d’hyperactivité, le Trouble déficit de l’attention/hyperactivité (TDA/H) est un des troubles les plus courants pendant l’enfance puisqu’il touche environ un enfant sur 50, soit 3 à 5 % des enfants d’âge scolaire (une population trois fois plus importante que celle des enfants avec Troubles envahissants du développement – TED), avec un taux de prévalence plus important chez les garçons que chez les filles. Pour plus de la moitié des cas, il s’accompagne de troubles associés comme l’anxiété, les troubles de l’humeur, les troubles du langage, les troubles du sommeil. Ces enfants, lorsque le trouble d’attention s’accompagne d’hyperactivité, sont impulsifs et distraits et manifestent souvent des difficultés de comportement au domicile et à l’école, mais aussi dans l’ensemble des activités périscolaires. Ces troubles persistent à l’âge adulte même s’ils diminuent, parfois à un niveau sous-clinique. Ce trouble cognitif a des aspects génétiques et renvoie à un dysfonctionnement cérébral dans la zone frontale qui diminue les capacités attentionnelles. Ces symptômes peuvent être réduits à la fois par des stratégies comportementales et des traitements médicamenteux, c’est ce que ce dossier vise à documenter. » (Céline Clément et Christine Philip. La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, n°68)

 

Sommaire La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation — N°68

 

 

 

Où trouver de cette revue?   ESPE Epinal, ESPE Nancy Maxéville

 

 

by pierre36 at February 23, 2015 05:09 PM

Saint-Étienne

Vous êtes plutôt Crassulacées ou Fabacées ?

Ne jetez pas de Cucurbitacées ! Ce ne sont pas des insultes mais quelques thèmes des vingt posters d’ étudiants de Licence 3 Biologie !

Leurs créations, réalisées dans le cadre des travaux pratiques « systématique des angiospermes », sont exposées dans le hall de la BU Sciences jusqu’en décembre 2015.

@import url('http://ujm-wp-network.univ-st-etienne.fr/blogbuster/wp-content/plugins/ml-slider-sauv/assets/metaslider/public.css?ver=2.3'); @import url('http://ujm-wp-network.univ-st-etienne.fr/blogbuster/wp-content/plugins/ml-slider-sauv/assets/sliders/flexslider/flexslider.css?ver=2.3');

Les étudiants choisissent une famille d’angiospermes : Rosacées, Protéacées, Théacées…, doivent en donner les caractéristiques (feuilles, fleurs, graines…) et placer la famille dans la classification.

Quelques espèces sont mentionnées, comme la menthe, le basilic ou le thym pour les Lamiacées. L’importance économique de la famille : plantes cultivées, médicinales ou aromatiques doit également ressortir. Dans la famille des Poacées, le blé, l’orge, ou encore le maïs nourrissent l’Humanité depuis des milliers d’années.

Le but pour les étudiants est d’acquérir le vocabulaire de la botanique, et de pouvoir résumer avec peu de texte et des figures synthétiques, tous les aspects de la famille choisie.

[learn_more caption = "Que sont les angiospermes ?" ]

Les angiospermes sont des plantes à graines, dont l’ovule, fécondé par l’intermédiaire d’un tube pollinique se transforme en fruit clos. Les angiospermes portent généralement des fleurs typiques. Elles forment un sous-embranchement, s’opposant aux gymnospermes. [/learn_more]

Le poster doit être au format A2 minimum mais l’aspect esthétique est laissé libre. Ce qui donne des posters toujours plus créatifs : Plantaginacées, Solanacées, Nymphéacées…

@import url('http://ujm-wp-network.univ-st-etienne.fr/blogbuster/wp-content/plugins/ml-slider-sauv/assets/metaslider/public.css?ver=2.3'); @import url('http://ujm-wp-network.univ-st-etienne.fr/blogbuster/wp-content/plugins/ml-slider-sauv/assets/sliders/flexslider/flexslider.css?ver=2.3');

 

Envie d’en voir plus ?

Regardez de belles photographies de plantes dans de beaux livres en Grand Format. Des lutrins sont à votre disposition en salle de libre accès pour faciliter la consultation.GFPlantesred

Et pour aller plus loin en botanique retrouvez des ouvrages sur les angiospermes dans les collections des BU.

by burgel at February 23, 2015 03:54 PM

Angers

L'amour un besoin vital

Cadenas à Venise par Emmanuel Jourdet

Il nous enchante, nous sublime, nous passionne, nous brûle...Il nous projette dans un monde magique, donne des couleurs à notre vie, la transforme. Tel est l'amour sur tous les continents, dans toutes les cultures, depuis la nuit des temps, l'amour est un grand récit qui constitue la trame existentielle de l'humanité. Les grandes histoires d'amour sont à l'origine des plus beaux chefs d'oeuvre dans le domaine de la littérature, du cinéma et de l'art.

Le besoin d'amour gouverne nos vies. L'amour ne se limite pas aux passions amoureuses et sexuelles et au désir. Il comprend aussi l'affection parentale, les amitiés et l'empathie. L'amour constitue l'un des plus puissants dopants de notre organisme. C'est pourquoi il nous questionne. Sommes-nous tous égaux devant l'amour ? Y a t-il des lois universelles ? Certains sont-ils plus doués que d'autres pour entretenir des relations durables, déclencher des sentiments amoureux, s'attirer des amis. Peut-on se passer d'amour ?

La psychologie contemporaine s'est fait le relais de ces questions, s'interrogeant sur les lois qui régissent cette émotion : de Freud, pour qui les formes de l'amour relèvent d'une même pulsion, au psychologue John Bolwby avec sa théorie de l'attachement  et  à l'anthropologue Helen Fisher.

L'amour et l'attention d'un adulte seraient indispensables au bon développement, aussi indispensables que la nourriture et le confort matériel. Nos vies amoureuses seraient conditionnées par la qualité de l'attachement que nous avons connu dans l'enfance ; celui-ci représentant un puissant facteur de bien-être et de longévité. Ainsi, à chaque âge et dans toutes les sphères de la vie, nous avons besoin d'être aimés, pour pouvoir être réellement nous-mêmes, mais plus encore d'aimer.

Découvrez les ouvrages consacrés à ce sujet dans le hall de la bibliothèque universitaire de Belle Beille.

 

crédit photo : Cadenas à Venise par Emmanuel Jourdet

by b.gar at February 23, 2015 02:59 PM

Poitiers (Sciences)

2e édition du concours « Ma thèse en 180 secondes »

Concept australien repris au Québec en 2012, « Ma thèse en 180 secondes » a pour but de faire comprendre à un auditoire profane et diversifié son objet d’étude en 3 minutes et pas une seconde de plus avec l’aide d’une seule diapositive ! Pour y participer c’est tout simple, il faut être inscrit en thèse …

Lire la Suite »

by Armelle Gauthier at February 23, 2015 02:11 PM