symac

Postulat de la mise en ligne d'informations : un contenu diffusé pourra être copié ...

J'ai commencé il y a près de 15 ans à travailler dans le monde des bibliothèques et à l'époque déjà je rencontrais des gens qui me demandaient comment empêcher la copie de leurs contenus mis en ligne. Il y a 15 ans je répondais qu'à partir du moment où l'on proposait des contenus à l'internaute il était à peu près impossible d'en empêcher la copie, mais visiblement certains pensent encore le contraire.

Nous sommes en 2018 et il continue de s'ouvrir des bibliothèques numériques ou musée en ligne qui pensent que désactiver le clic droit pour empêcher le téléchargement ou d'ajouter des filigranes disgracieux sur les images proposées est une bonne idée. Et ma réponse d'il y a 15 ans reste toujours d'actualité, si vous mettez en ligne un contenu, l'internaute pourra le copier. Alors oui, bien entendu, vous pouvez dégrader l'expérience utilisateur globale en ajoutant des pseudo garde-fous mais n'importe quel usager qui souhaite passer un peu de temps pourra récupérer le contenu qu'il souhaite dès lors que vous lui proposez à un moment ou un autre une visionneuse lui offrant une bonne qualité de visualisation.

Antoine Courtin l'avait montré avec l'exemple de Gallica qui m'avait conduit à créer une extension pour facilier les choses pour l'internaute non bidouilleur.

Certains poussent le vice encore plus loin en utilisant pour mettre en place ce genre d'interfaces des logiciels libres. Je suis tombé récemment sur un site qui incluait la totale (pas de clic droit, filigrane ...) et qui était propulsé par un logiciel libre. Qui dit logiciel libre dit sources disponibles, et facilité accrue de comprendre comment les filigranes sont ajoutés et facilité de passer outre (Ce paragraphe a été modifié suite aux changements de l'article du 25 juin, je ne voudrais pas être accusé de cibler un logiciel particulier, mon propos étant générique et applicable à tout outil)

Mise à jour du 25 juin 2018 Dans la version initialement publiée de ce billet, je terminais par montrer comment, en passant un peu de temps à penser la question (< 2 heures), on pouvait faire un outil clé en main qui permette de récupérer n'importe quelle image filigrané pour l'outil open source cité. J'aurais pu faire un simple billet expliquant que mettre des filigranes ne servait à rien car dans la majeure partie des cas un usager motivé pourrait les faire sauter, mais j'avais préféré montrer concrètement comment c'était possible. Il semblerait que cette démarche intégrale sape le travail pédagogique engagé par certains (1, 2), dont acte, je retire cet outil.

Il n'en demeure pas moins que sur le fond je reste convaincu que laisser penser à des décideurs qu'on va "protéger" leurs images en y ajoutant un filigrane et en empêchant le clic droit sur leur site est une mauvaise idée et revient à les tromper, tout en diminuant la qualité de l'expérience utilisateur et sans empêcher un usager mal intentionné d'arriver à ses fins.